Lifeworlds in Crisis – Covid-19 Governmental Restrictions in Senegal and Chad
 
Djibril Samb, philosophe: «les Africains ont une résilience inouïe, et peuvent se remettre de tout »
 
Sauver l'année scolaire et refonder le système éducatif

Par Alassane MBENGUE    I   Publication 02/06/2020

https://www.seneplus.com/opinions/sauver-lannee-scolaire-et-refonder-le-systeme-educatif

Alpha Amadou SY, philosophe et écrivain saint-louisien

Les Etats-Unis d'Amérique : entre la Covid-19 et le virus raciste

http://ichrono.info/les-etats-unis-damerique-entre-la-covid-19-et-le-virus-raciste-alpha-amadou-sy-philosophe-et-ecrivain-president-de-la-cacsen/

Pape Touty Makhtar Sow - MEDIATIONS ET REFLEXIONS PHILOSOPHIQUES

Méditation # Prières d’un serviteur en faveur de frères en souffrance.

Ô Seigneur des Mondes, l’Unique, au crépuscule de ce mois de Ramadan 2020, où l’épreuve du Coronavirus affole notre monde, Ton serviteur compatit avec tous les humains de la planète liés par une « une seule corde tendue ». 

Ô Seigneur de l’Univers, Ton serviteur T’adresse ses ferventes prières en faveur de la Communauté (Ummah) islamique afin que l’épreuve du COVID 19 soit une occasion de raffermissement de notre foi en Toi.

Ô Toi, l’Omnipotent, l’Omniscient, Ton serviteur, le cœur affligé, se prosterne, le front à terre, pour solliciter Ta miséricorde en faveur des frères palestiniens, si longtemps dans l’épreuve d’une occupation injuste, d’une agression qui dure et perdure. 

Une politique génocidaire de l’Etat d’Israël qui exécute des victimes innocentes, opprime une jeunesse résistante, et qui asphyxie une population combattante ;

Un peuple éploré, des familles éprouvées, errant sur des territoires en déshérence ;

Un peuple martyr, toujours debout, refuse de baisser les bras ; 

Un silence complice, voire coupable, d’un projet colonial sioniste qui menace l’existence de la nation palestinienne et la paix dans le monde ;

Ô Seigneur de la Miséricorde et de la Paix, je convoite ton réconfort et ta sollicitude pour ce peuple meurtri.

À cette oraison, Ô Seigneur, le Très Haut, le Très Grand que ni somnolence ni sommeil ne saisissent, Ton serviteur associe les frères Rohingyas, persécutés en Birmanie, les frères Ouïhghours, maltraités en Chine, ainsi que les frères musulmans de Tchétchénie soumis à toutes sortes d’ostracisme.

Ô Toi, Seigneur de Paix et de la Douceur, notre supplique est également invoquée en faveur de nos frères du Nord Nigéria, du Soudan, de Libye, d’Irak ou du Yémen qui souffrent des affres de violences interminables.

Ô Toi, Créateur des cieux et de la terre, le Bienveillant, je T’implore ab imo pectore pour que Tu daignes accorder à Ton humble serviteur le privilège d’agréer sa prière, convaincu que Ta Miséricorde est infinie. 

Grâce à Dieu ! Louange à Dieu ! Il n’y a de Dieu que Dieu, le Grand ; il n’y a de Force et de Puissance qu’en Lui.

Auteur : Pape Touty Makhtar Sow

 

MEDITATION # Dewanati Korite  

Cette année 2020, nous célébrons une Korité bien spéciale. Le contexte de propagation du Coronavirus nous affecte depuis près de trois mois. Une épreuve qui nous oblige à revenir à Dieu, le Créateur de toutes choses, le Tout-Puissant, la Cause des causes. Bien sûr, en période de pandémie, comme nous l’a appris la tradition prophétique, rappelée en 1919 par Mam Maodo Malick Sy, le croyant, tout en renouvelant sa foi en Dieu, se doit de suivre les prescriptions des médecins, experts dans le domaine de la santé. 

Les précautions sanitaires appliquées, il reste à gérer les impacts liés à cette pandémie. Aux plans économique et social, les pouvoirs publics ; les communautés et les familles tentent de donner des réponses plus ou moins efficaces. Mais, dans le domaine psychologique, au plan personnel, le COVID 19, avec les flux intarissables d’informations contradictoires et anxiogènes, ne manque de provoquer stress, peurs et angoisses pour nous qui n’avons pas encore atteint les stations supérieures de l’abandon confiant à Dieu (Tawhid). Alors, nous inspirant des enseignements de Cheikh Amadou Makhtar Samb, notre refuge réside dans : (1) la méditation (fikr) et (2) l’invocation (zikr).

  1. La Méditation (fikr)

Ce qui peut apparaître, comme mal ou contrariété, cache, à notre connaissance limitée, des bienfaits. Le Bien est essentiel, il se suffit à lui-même : c’est le bien qui récompense le bien (S59/V60). C’est pourquoi, en ces temps d’épreuve, notre méditation devrait se porter davantage sur la toute bonté du Seigneur, le Doux, l’Affectueux, le Bienfaiteur, l’Amoureux du pardon. En effet, la méditation, selon A.M. Samb, est une voie de recherche de l’apaisement du cœur et de l’esprit ; elle requiert au moins trois attitudes : (i) s’observer soi-même, se connaître et reconnaître ses points forts et ses points faibles, accroître ses connaissances religieuses ; (ii) procéder à un examen critique de ses relations avec les autres humains, parents, amis, voisins collègues etc…; (iii) reconsidérer les rapports avec les autres vivants et la nature. 

La méditation conduit à la clairvoyance, elle nous rapproche du Seigneur car elle participe à nous rappeler Sa présence dans toute chose et en tout geste. Elle pacifie nos relations avec les humains et avec tout l’Univers.

  1. L’invocation (Zikr) 

C’est le retour à Dieu car nous avons tendance à oublier Sa présence en nous-mêmes et en ce qui nous entoure. Le Zikr est d’une certaine manière la nourriture de l’âme et du cœur de celui qui veut vivre pleinement et complétement sa vie. Pour le commun des croyants que nous sommes, le cœur manque souvent d’oxygène spririuel, il est sans cesse soumis à de fortes pressions qui le perturbent ; le mettent en situation d’anxiété. Ce mal du cœur témoigne de l’oubli de la Présence divine. Aussi, pour Haj A. M. Samb, le zikr, par la conscience de la présence de Dieu, est le premier remède des maux qui affectent le cœur. 

Parvenir à l’apaisement et à la sérénité des cœurs suppose que le croyant sincère s’efforce d’invoquer abondamment les beaux noms du Seigneur, jusqu’à ce que sa langue en devienne humide. Dès que nous L’invoquons, nous enseigne le guide, Il nous répond et cela en toutes circonstances.

Réaffirmer l’Unicité de Dieu (Lah illaaha illa Lah), glorifier les beaux noms de Dieu et Lui rendre grâce, exalter Sa Puissance et Sa grandeur, (Soubhana Lah, Alhamdouli Lah, Allahou Akbar….), prier sur le Prophète (psl) sont les principales recommandations de zikr, complétées bien sûr par la lecture méditative du Saint Coran.

Le zikr a le mérite de nous purifier le cœur, de nous apporter la tranquillité de l’esprit et d’aider à améliorer nos comportements.

Auteur : Pape Touty Makhtar Sow

 

Design by DISI- UCAD